L’acouphène

 

Les acouphènes sont des bruits internes entendus par une personne (sifflements, chuintements, grésillements, bourdonnements), ils proviennent de notre oreille interne revoir la définition) En fonction de leur intensité, ils peuvent devenir gênants voire très gênants compte tenu de l’impossibilité à agir dessus pour les faire cesser. Ils sont souvent associés à une baisse d’audition.

Outre les appareillages permettant de corriger la perte d’audition, Il existe un appareillage diffusant un bruit « blanc » empêchant le cerveau de communiquer ce bruit et donc de le percevoir.

Le psychologue, prend en considération la personne dans sa globalité et considère le  symptôme somatique comme un signe de déséquilibre entre le psyché et le soma, le psychisme n’ayant pas trouvé d’autre solution possible à ce qui lui fait problème.
Dans ce cadre-là, d’une réponse somatique produite par le psychisme, on peut constater que souvent les acouphènes sont liés à des évènements plus ou moins traumatisants de la vie du patient, l’inconscient ayant enregistré cette réponse somatique pour tenter de faire face à un conflit psychique. De plus, on constate que les acouphènes augmentent avec le stress.

Différentes pistes sont proposées pour aider le patient à résoudre ce problème d’acouphène, c’est-à-dire à lui permettre d’intégrer à nouveau ce bruit à son champ auditif personnel, et donc réduire voire faire disparaitre la gêne.

De sa place, le psychologue thérapeute  (therapeuein en grec= soigner) accompagne le patient dans une relecture de son histoire afin de l’aider à faire des liens et l’amener plus ou moins consciemment à la résolution du conflit.
Avec l’hypnose il va tenter de retrouver les traces somatiques d’avant le traumatisme ou avant le nouveau codage inadapté mis en place dans le passé afin de permettre au patient de retrouver une intégration adaptée des bruits internes et de faire disparaitre la gêne.
On peut aussi guider le patient vers des techniques d’autohypnose qu’il pourra réutiliser chez lui régulièrement afin de favoriser une intégration plus adaptée de l’acouphène.

Par ailleurs, la sophrologie, l’osthéopathie, l’acuponcture, en synergie avec une démarche psychologique peuvent aider le patient à retrouver un confort de vie global, voire même le magnétiseur. La littérature dans ce domaine y associe aussi l’homéopathie et la phytothérapie.


Voici deux liens concernant l'acouphène:

https://www.acouphenes-bordeaux.com/geab/

https://www.mediscoop.net/orl/index.php?pageID=d7a4fd4efc3da9f25366ecbe6929cd4b&id_newsletter=11752&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=83ea3b2fe2e40c7263af001d546b9ce1&midn=11752&from=newsletter